Pour une belle soirée, c’était une belle soirée. Ce 6 mai, l’association vénissiane Time Code Corp organisait au cinéma Gérard-Philipe la projection d’un documentaire et de quatre courts-métrages devant un parterre de personnalités. Étaient présents les consuls d’Algérie et de Tunisie, Farida Boudaoud, vice-présidente du Conseil régional, chargée de la culture et de la lutte contre les discriminations, la conseillère générale Marie-Christine Burricand, le commissaire de police et le directeur de la police municipale, des représentants du CNC (Centre national de la cinématographie), de la préfecture et de la Macif (qui ont financé certains de ces films), du Grac (Groupement régional d’action cinématographique), des cinémas des alentours et un pannel de producteurs lyonnais. Au nom de la Ville, Lotfi Ben Khelifa et Mokrane Kessi félicitèrent l’association pour ses actions culturelles. Premier film présenté, “D’objet à sujet” est un joli documentaire d’Erige Sehiri tourné à Lyon, Bron et Vénissieux qui parle de la lutte pour la citoyenneté à travers l’engagement de cinq femmes (dont Annie Brouet, conseillère municipale à Vénissieux). Les quatre courts-métrages suivants, “Chômage” de Mehdi Senoussi et Haris Cheguettine, “Save Me” de Haris Cheguettine, “Un appel en absence” de Julien Petit et “Hollywood Terrorists” de Jason Matthew Smith montrent la diversité des talents au sein de Time Code. Le premier est un vieux projet de l’association, travaillé depuis quatre ans et appelé à devenir son premier long-métrage. Le cinéaste vénissian Akim Sakref sera le consultant de ce film qui racontera le braquage d’une ANPE et dont “Chômage” est l’esquisse. “Nous avons été rattrapés par l’actualité puisqu’une ANPE a réellement été braquée, expliquait Mehdi Senoussi. Et une jeune Anglaise s’est suicidée parce qu’elle ne trouvait pas de travail. Par rapport au court, notre projet comportera moins de pistolets et plus de fond.