Tricherie ou simple fait de jeu ?

20 novembre 2009 - 09:12

Tandis que l'Algérie est à l'heure des festivités pour sa qualification, la France, elle, est montrée du doigt ! Après, les médias pourront toujours parler des italiens...!

L'Algérie ira au Mondial

Le 19/11/2009 à 01:35 | Mis à jour le 19/11/2009 à 10:37
Journal "L'équipe"
En battant l'Égypte (1-0) en match d'appui au Soudan, l'Algérie s'est qualifiée mercredi pour la Coupe du monde. Une première depuis 1986.
En s'imposant (1-0) contre l'Égypte ce mercredi, l'Algérie s'est qualifiée pour le Mondial.(Reuters)

Vingt-trois ans que l'Algérie attendait ça! Les Fennecs se sont qualifiés ce mercredi pour la Coupe du monde sud-africaine en disposant (1-0) de l'Egypte en match d'appui au Soudan. La rencontre s'est jouée dans un stade El Merreikh surchauffé, où les supporters des deux équipes, placés dans deux sections distinctes, se sont échauffés en sifflant les hymnes.

Sur le terrain, cela s'est traduit par une tension incroyable, et, dès la troisième minute, Mourad Meghni et Ahmed Hassan en sont quasiment venus aux mains. Une bagarre générale a alors débuté. Heureusement, la FIFA a décidé de confier le sifflet à Eddy Maillet, qui a tenu ce match d'une main de maître. Il a été contrant de calmer de nouveau les esprits quelques minutes plus tard (25e), lorsque Gomaa est venu provoquer Halliche en lui tapotant sur la tête.

Chaouchi, un mur infranchissable

Et c'est lorsque les Algériens ont marqué (40e), par l'intermédiaire d'Anthar Yahia, sur un but ressemblant étrangement à celui d'Emil Kostadinov, que les Egyptiens ont commencé à jouer. Et bien jouer. La deuxième mi-temps s'est d'ailleurs résumé à un attaque-défense, et sans un très bon Chaouchi, les Egyptiens auraient pu égaliser, que ce soit par Meteab (61e) ou Aboutrika (72e). Les coéquipiers de Karim Ziani, regroupés en défense, ont tenu cette fois jusqu'au bout du temps additionnel (4 minutes) pour devenir ainsi le seul ambassadeur du football arabe qualifié pour le Mondial. Et prendre ainsi sa revanche 20 ans après une défaite sur le même score devant l'Egypte, qui lui avait barré la route du Mondial 1990. - A.D.

LES TOURNANTS DU MATCH:
31e: Lancé sur son côté gauche, Moawad adresse un centre parfait pour Aboutrika. Sa frappe passe juste à côté du but. 40e: Ziani adresse un centre parfait pour Yahia, qui décoche une frappe très lourde qui vient se loger sous la transversale de El-Hadary ! 61e: Zidan décale astucieusement Meteab qui décoche une frappe que Chaouchi repousse à bout portant ! 85e: Zidan est servi dans la profondeur et s'écroule au contact de Halliche. Monsieur Maillet n'est pas dupe et laisse le jeu se poursuivre...

Foot - Bleus
Le 19/11/2009 à 01:35 | Mis à jour le 19/11/2009 à 10:37
Journal "L'équipe"

Domenech : « Objectif atteint »

Le sélectionneur des Bleus a rendu un vibrant hommage à une «super équipe d'Irlande», à qui il fait porter l'entière responsabilité de la prestation ratée de ses joueurs. Et il a beaucoup parlé de... Serbie - France (1-1).

Après avoir rapidement précisé qu'il n'avait «rien vu», d'où il était, de la main de Thierry Henry, Raymond Domenech a tenu à commencer sa conférence de presse, après France - Irlande (1-1, a. p.), par un «hommage à cette équipe irlandaise, à son public, à ce qu'ils ont fait sur les deux matches». «Cette équipe méritait amplement d'aller à la Coupe du monde, elle nous a posé beaucoup de problèmes, a-t-il développé. C'était une belle bataille. C'était super, bravo à eux.» «Dans le vestiaire, il n'y a pas eu d'explosion de joie, a poursuivi Domenech. Les joueurs l'ont senti, par respect pour les Irlandais. On a souffert, oui, mais cela fait deux ans qu'on souffre.»

Domenech veut savourer cette qualification

Le message essentiel du sélectionneur était ailleurs. Il s'est articulé autour de sa volonté de «savourer» la qualification avec «tous les gens qui sont contents de voir l'équipe de France à la Coupe du monde, car il y en a beaucoup». Autrement dit, il a tenté de tenir éloignée les questions sur le contenu du match et le fait de jeu polémique de la 104e minute, estimant en fait que les Bleus avaient déjà donné dans l'injustice. «Après la Serbie (1-1), où on a un gardien expulsé à la 10e minute sans avoir touché son adversaire, on ne me demande pas si les Serbes sont miraculés, s'est agacé Raymond Domenech. Le foot est comme ça. Il y a des moments où il y plus de réussite, d'autres moins. L'objectif était de se qualifier. Ce soir, je suis, nous sommes dans le bonheur d'être qualifié. Cela fait deux ans qu'on se bat, qu'on galère, qu'on s'accroche, qu'on est critiqué de tous les côtés. L'objectif défini est atteint. Vous allez me dire que des matches ont été moins bien, qu'il y a eu des décisions délicates. C'est votre métier. Pas le mien. Les joueurs se sont qualifiés sur le terrain, ils ont souffert et ont réussi à passer. J'ai envie d'en profiter.»

Serbie - France, l'échappatoire

Interrogé à plusieurs reprises sur l'injustice de l'élimination irlandaise, le sélectionneur s'est toujours référé à l'exemple de Serbie - France (1-1). «Ce jour-là, si on n'égalise pas, c'est nous qui sommes troisièmes et éliminés (NDLR : c'était un risque mais pas une certitude). C'était compliqué ce soir, oui, mais laissez moi un tout petit, bref, moment de bonheur. Sur la manière, vous dîtes ce que vous voulez.» L'entraîneur des Bleus admet que «ce n'était pas un grand match», mais nuance toute allusion à la piètre performance de son équipe. «Tout le monde espérait qu'on gagnerait facilement. Il y avait onze Irlandais en face qui ne l'ont pas voulu, donc c'était à l'arraché.» La France n'a «pas été apathique», a-t-il soutenu, mais «bousculée par une super équipe d'Irlande qui a joué son va-tout».

«Pas d'explications jusqu'en décembre»

«Imaginez, a-t-il demandé, comment on peut aborder ce genre du match quand on a perdu à l'aller ? On sait que si on ne fait rien, on a perdu. Eux nous ont imposé quelque chose. Autant on avait rétabli l'équilibre à l'aller, autant on a été obligé de jouer dans leurs armes ce soir. Ils ont évolué avec leurs qualités naturelles, cet enthousiasme, la qualité d'être toujours sur le deuxième ballon, que nous connaissions. Je comprends que vous soyez tous un peu déçus qu'on n'ait pas gagné 2-0 ou 3-0 avec des débordements, des centres en retrait... Ce n'était pas le meilleur match des qualifications. Maintenant... On est qualifiés.» A un début de question sur le potentiel de l'équipe de France en phase finale, Domenech a coupé court: «Jusqu'en décembre, vous ne me parlez plus de rien. Pas de projections, pas d'explications.» «Si votre équipe avait perdu comme ça, comment auriez-vous réagi ?» a tenté un confrère irlandais. «Ce n'est pas le cas» a conclu Domenech. - Cé. Ro. (au Stade de France)

Henry : «Il y avait main»

Thierry Henry n'a pas cherché à se disculper. «Oui, il y avait main» sur l'action qui a amené l'égalisation de William Gallas (104e). Mais peu importe la manière, semble dire le capitaine des Bleus, «le plus important était de se qualifier».
Thierry Henry, que s'est-il passé exactement sur le but de William Gallas ?
Il y a main, mais je ne suis pas l'arbitre. A la base, c'est Toto (Squillaci) qui va à la lutte de la tête. Moi, je suis derrière deux Irlandais. La balle rebondit, tape ma main, l'arbitre ne siffle pas... Je continue à jouer, mais bien sûr qu'il y avait main...

Cela n'altère pas votre joie ?
Non, non, on est qualifié. Le fait que ce soit dans la difficulté fait qu'on apprécie encore plus.

Mais la France n'a pas fait un grand match...
(Il coupe) Ça, c'est clair. A l'aller, je pensais personnellement qu'on avait fait un bon match. Vous avez un peu minimisé la performance, j'ai entendu pas mal de personnes dire que l'Irlande n'était pas une bonne équipe... C'est dommage. Vous avez pu voir que rien n'est facile. Ce soir encore plus.

Comment expliquez-vous les difficultés éprouvées par votre équipe ?
Quand vous jouez des équipes britanniques, ce n'est jamais évident. Elles vous imposent un combat physique, elles jouent long, elles vous empêchent de récupérer le ballon haut. A chaque fois, le gardien envoie un long ballon dans les seize mètres. Là, il faut se battre... On a répondu présent dans les duels en première période là-bas. Ce soir, on a peu pêché dans ce domaine, mais avec l'appui du public, qui a été extraordinaire, on a pu égaliser et se qualifier.

Commentaires

bosstania 20 novembre 2009 16:40

malheureusement cela arrive encore et encore plus au niveau amateur ou quand vous vous appelé as minguettes il se passe pas un week end avec des erreurs d'arbitrage

fifilip 20 novembre 2009 12:01

c'est une erreur d'arbitrage comme souvent ...alors pas de problèmes

Sarah Sarounette est devenu membre 2 jours
可欣 贾 a commenté U17 DISTRICT et SENIORS DISTRICT 3 jours
可欣 贾 a commenté U15 ELITE et U17 HONNEUR 5 jours
U9 au tournoi du FC Vaulx dimanche 10/09/2017 11 jours
U9 au tournoi du FC Vaulx dimanche 10/09/2017 : nouvelles photos 11 jours
U9 au tournoi du FC Vaulx dimanche 10/09/2017 11 jours
0-0
U15 ELITE / LYON OLYMP RH 12 jours
U15 ELITE / LYON OLYMP RH et 2 autres : résumés des matchs 12 jours
0-3
GRENOBLE FOOT 38 / U17 HONNEUR 12 jours
1-0
U19 Pro-LIGUE / LY.DUCHERE 12 jours
Mouloud BRAHMI et 13 autres 19 jours
SENIORS 2 FUTSAL DISTRICT et 9 autres 19 jours
U12 / U13 en amical : nouvelles photos 20 jours
U12 / U13 en amical et 2 autres 20 jours
U19 : nouvelles photos 20 jours

RECRUTEMENTS - INSCRIPTIONS