A.S.MINGUETTES (Vénissieux) : site officiel du club de foot de Vénissieux - footeo

Excellente participation de nos jeunes...à suivre sur france 3 mercredi

1 novembre 2009 - 20:00

En France, depuis qu’un certain Eric Cantona a voulu faire rimer sardine et ballon rond , les frontières entre football et art sont fort nombreuses...

   Le plumitif se découvre  poète  et versifie  sur une reprise de volée de Lionel Messi ou du footballeur du coin… ou  compose des  odes à Zidane.  Parfois certains joueurs se prennent pour Gauguin ou Van Gogh  et c’est parfois de très mauvais goût.
Le football  dans notre société est  le spectacle le plus populaire, celui dont on disserte le plus, un peu trop ailleurs, le  nouvel opium du peuple  et un peu nos jeux du cirque si chers aux Romains.
D’ailleurs dans cet univers parfois glauque,, l’arrivée d’un nouveau  Spartacus qui vienne nettoyer ce qui ressemble parfois aux écuries d’Augias est toujours attendue.
Pourtant  ce sport codifié  par les Anglais  est régenté surtout  par  l’ordre et  les règlements pour faire oublier la soule française ou le calcio florentin plus anarchiques et où tous les coups étaient permis. Un peu des "Roller-ball"  version Renaissance. 
 Ce samedi  au stade Laurent-Gérin, le collectif d’artistes  et vidéastes  lyonnais Pied la Biche ont relevé le défi   d’organiser le premier tournoi de « football à trois côtés  » dans le cadre du projet Veduta de la Biennale d’art contemporain.

Sur un terrain hexagonal et suivant des règles élaborées par le peintre danois Asger Jorn, diverses équipes de la région ont voulu joué le jeu de la  déconstruction de la confrontation bipolaire (sic !) .  Sur  le terrain, trois cages, trois équipes,  des stratégies diverses  Et  bien sûr la volonté des organisateurs de s’attaquer à l’une des pratiques les plus en vue dans notre société contemporaine.  "Il s’agit de se défaire des pratiques d’aliénation en mettant en œuvre la possibilité d’un jeu pur."  affirment les organisateurs dans une espèce de discours « spartakiste ».

En fait, un spectacle en forme de « performance » et une joyeuse partie de rigolade pour le sportif,  acteur d’une déclinaison, artistique puis conquis.

Certains dirigeants présents parmi un public des plus clairsemés échafaudent déjà  le principe de récupération. Il est vrai que dans l'art contemporain, c'est presque un principe fondaùental.  Etrange, vous avez dit étrange !  Pourtant  dans cet  illogisme recherché, la logique  a primé  et  c’est l’AS Minguettes et ses joueurs d’Excellence de district, équipe la mieux classée sur les tablettes de la FFF qui emporte le premier tournoi organisé sans doute au monde et une coquette somme pour une après-midi conviviale. Asger Jorn n’avait pas sans doute prévu pareille fin.

SPORT VENISSIAN...

Commentaires

RECRUTEMENTS - INSCRIPTIONS